OUTSAS 2013

Travaux de fin d’études du Master Réalisation Théâtre & Écriture
outsas 2013 flyer recto V1
Le théâtre n’existe pas sans la confrontation à un public.
Alors, durant trois jours, l’INSAS ouvre grand les portes de son département théâtre et vous invite à la rencontre de travaux de fin d’études d’étudiants en Réalisation Théâtre & Écriture.

Cinq mises en scène, amorces de productions professionnelles, au plus près de la recherche et de l’expérimentation, deux textes, travaux de fin d’études en Écriture. Tout cela avec la collaboration de leurs condisciples, qui sont leurs acteurs, éclairagistes, régisseurs, scénographes…

En bonus, projection de trois films produits et réalisés par des étudiants du département théâtre, en collaboration avec leurs collègues de cinéma. Autant d’occasions pour ces étudiants de confronter leurs questionnements, recherches, aboutissements temporaires, à votre regard, seul capable de leur donner sens.

Mises en scène de Amel Benaïssa, Clément Goethals, Nicolas Mouzet-Tagawa, Jean-Baptiste Polge et Judith Ribardière. Mises en lecture de textes de théâtre d’Axel Cornil par Marion Pillé, Louise Emo par Olivier Boudon

Equipe pédagogique : Michel Boermans, Christine Grégoire, Manon Ledune et Virginie Thirion. Assistés de Bénédicte Bracke, Watcharee Chimpibul, Steve Panneels et Florence Richard

Horaire détaillé & Réservation : sur cette page, dès le mercredi 5 juin 2013

© Graphisme & photos : courtesy Hichinography & Extratime

Cinéma Muet

Séminaire de la classe de BA2 T consacré au jeu burlesque sous la direction de Anne-Marie Loop, Amid Chakir, Jo Lacrosse, Patricia Timmermans.

Angels In America de Tony Kushner

Production de fin d’études du Master Interprétation dramatique

Sous la direction d’Armel Roussel

Du lundi 11 au dimanche 17 juin 2012 – Théâtre National de la communauté française

Au coeur de New-York, à l’automne 1985, plusieurs histoires personnelles s’enchevêtrent dans un rythme effréné. Angels In America livre le cheminement de deux couples dans une Amérique reaganienne : d’un côté, Joe et Harper Pitt, couple hétérosexuel mormon dévoré par le mensonge et de l’autre Prior Walter et Louis Ironson, couple homosexuel se débattant entre abandon et sentiment de culpabilité. Autour d’eux, gravitent bon nombre de personnages à la fois fantasmatiques et cruellement réalistes.

Cette fresque contemporaine signée Tony Kushner et sous titrée Fantaisie Gay sur des thèmes nationaux est une comédie hallucinée témoignant de l’errance humaine. Elle nous plonge dans un monde désorienté par l’effondrement des valeurs (la politique, la religion, les utopies) et la quête du « soi » (la recherche de sa propre identité sexuelle à travers la famille et le poids des traditions).

Roy Cohn, avocat véreux, personnage historique et central de la pièce, anti-communiste primaire, raciste, homophobe et cependant, résolument homosexuel répète sans cesse « Y’a qu’en Amérique ! »

Et pourtant, cette saga reste le reflet du monde actuel, au delà même des Etats-Unis.

Horaires

  • Intégrales les lundi 11, samedi 16 et dimanche 17 juin à 15h15/durée 7h30
  • 1ère partie les mardi 12 et jeudi 14 juin à 19h15/durée 3h
  • 2ème partie les mercredi 13 et vendredi 15 juin à 19h15/durée 3h30

Les durées incluent les entractes : 20 minutes dans chacune des 2 parties et 1 heure entre les deux parties lors des intégrales.
Pour ceux qui le souhaiteront, une restauration est organisée sur place.
Adresse : Petite salle du Théâtre National-111-115 Boulevard Emile Jacqmain à 1000 Bruxelles.
Ces présentations s’inscrivent dans le cadre des évènements INSAS 50, organisés à l’occasion du 50ème anniversaire de l’école.
Angels in America de Tony Kushner, traduit par Gérard Wajcman, publié chez l’Avant-Scène Théâtre.
Distribution : Angèle Baux, Romain Cinter, Chloé De Grom, Inès Dubuisson, Emile Falk-Blin, Clément Goethals, Lucie Guien, Noémi Knecht, Adrien Letartre, Bwanga Pilipili Kagabo, Baptiste Toulemonde, Coline Wauters et Judith Williquet.
Equipe Technique : Amel Benaissa, Mathis Bois, Mélanie Chauprade, Marie-Laetitia Cianfarani, Marie Davin, Corinne Dubien, Judith Faraoni, Heidi Follet, Amélie Géhin, Clément Goethals, Eve Guedes, Cécile Manokoune, Caroline Massart, Nicolas Mouzet-Tagawa, Octavie Piéron, Bwanga Pilipili Kagabo, Jean-Baptiste Polge, Judith Ribardière, Nathalie Rozanes, Daniela Zorrozua.
Professeurs associés : Michel Boermans, Brice Cannavo; Maylis Duvivier, Christine Grégoire, Manon Ledune, Julie Petit-Etienne. Assistés par Bénédicte Bracke, Serge Gabet et Florence Richard.
Une production de l’INSAS, avec le soutien du Théâtre National de la Communauté française et en collaboration avec La Cambre/ Ecole Nationale Supérieure des Arts.

LE SOIR

LA LIBRE BELGIQUE

Présentations des projets de mise en scène théâtre 2010

Depuis 4 ans, l’INSAS ouvre ses portes au public pour la présentation des projets de fin d’études des étudiants de la section Réalisation Théâtre.

Cette section prépare tant à la mise en scène, qu’à l’écriture, la dramaturgie, la création radiophonique, ou encore aux techniques de plateau. Elle a accueilli et formé des personnalités artistiques aussi singulières que Claude Schmitz, Ingrid von Wantoch Rekowski, Sabine Durand, Julie Annen, Marie Henry, Candy Saulnier, Pietro Varrasso, Charlie Degotte, Philippe Sireuil, … pour ne citer qu’eux.

Après une première présentation à un jury artistique, l’école propose aux étudiants de dernière année de poursuivre leur travail et de confronter leur projet au regard du public. À travers cette démarche, l’INSAS accompagne ces étudiants à la frontière de leur formation et de la réalité professionnelle
Cette année, 5 projets ont été retenus par le jury artistique de l’Insas et sont présentés du 24 au 29 juin prochains :

Projets de mise en scène juin 2010

ENFANT ZÉRO / Projet de Céline Ohrel / 24 & 25 juin 21h – 26 et 27 juin 19h
Tout commence avec la naissance d’un numéro zéro, un nouvel être qui arrive après des milliers d’autres. L’enfant zéro n’a pas d’âge. Il est un mythe, une projection. Il est le symbole de tous les possibles, du degré zéro avant tout recommencement. Nous sommes dans la tête de l’enfant et nous suivons son parcours mental où passé, présent et futur se mêlent. Jouant avec le réel et la mythologie, l’enfant zéro est enfermé dans un monde idéal où tout est possible, où tout se mélange, où tout devient poésie, plastique.

ECHOS ET NARCISSE – Métamorphose / Projet de Léa Drouet / 24 & 25 juin 20h – 26 > 29 juin 20h45
En partant de l’histoire d’Echo et Narcisse tel que l’a imaginée Ovide et en travaillant sur des poèmes de Rainer Maria Rilke s’inspirant du mythe, nous nous essayons à une forme poétique théâtrale, par l’exploration du phénomène de l’écho en exploitant l’acoustique d’un couloir de l’INSAS.

L’ECOLIER KEVIN / Projet de Jean-Baptiste Calame / 24 & 25 juin 18h – 26 & 27 juin 18h
« L’écolier Kevin » est une pièce montée de toute pièce. C’est un montage de mot apparemment pris au mot. L’école de Kevin est celle de la tautologie. C’est une école de magicien façon « Poudlard », où Kevin apprend à surfer comme un apprenti sorcier sur les vagues géantes de la culture ultra-violente-jeune-porno qui menace d’engloutir la famille humaine.

MONSTRE ! Sympathie pour le démon / Projet de: Benoit Focant Salerno / 26 & 27 juin 16h – 28 & 29 juin 19h
Décembre 1997, Michael Alig, organisateur de soirées et leader du mouvement Club Kids, écope de 10 à 20 ans de prison ferme pour le meurtre de son « Super Star Drug Dealer ». Un cadavre. Un meurtre. Un gamin. Des ego surdimensionnés. Une course à bras ouverts pour agripper le succès, l’argent, le glamour ou simplement son propre cadavre.

L’ENFANT FROID de Marius Von Mayenburg / Mise en scène : Thibaut Wenger / 26 > 29 juin 21h30
L’Enfant froid se passe dans le monde de la classe moyenne européenne : il y a Papa et Maman, qui ont de l’argent et veulent le garder pour eux, leurs deux filles, Lena la rebelle et Tine la greluche, et leurs amants respectifs, Johann, qui confond toujours Lena avec une certaine Mélanie, et Henning, qui aime exhiber son sexe dans les toilettes des dames. Sans oublier un couple avec enfant, Werner et Silke, dont on croit, sans doute à tort, qu’ils n’ont pas grand intérêt. Jusqu’ici tout paraît évident…