Actuellement

Image imposée II – exercice de B3 Image

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Découvrez les photos de l’exercice Image imposée II mené par les étudiants de B3 Image au départ de « Inherent Vice » de Paul Thomas Anderson.

© Serge Hannecart – Septembre / Octobre 2017

Angelika reçoit le Grand Prix du Jury au Poitiers Film Festival

« Angelika » de Léopold Legrand reçoit un nouveau prix au Poitiers Film Festival qui se spécifie autour du film d’écoles de la jeune création cinématographique internationale. Chaque année, le Poitiers Film Festival présente une sélection internationale de films issus des meilleures écoles de cinéma du monde entier. Cette année l’INSAS est récompensé avec la sélection du film « Paul est là » de Valentina Maurel  (Premier Prix de la Cinéfondation, Cannes 2017) et avec le Grand Prix du Jury pour « Angelika ».

Angelika est le genre de films que l’on sélectionne en espérant que sa simplicité, son absence totale de discours plaqué et sa volonté de garder secret les pensées de cette petite fille trouveraient écho auprès du public et du jury. C’est chose faite et avec la manière !
(Rémy Bigot, Chargé de programmation et de coordination du Poitiers Film Festival).

 

Accueil des étudiants de l’Ecole du Théâtre National de Bretagne

Du 4 au 15 décembre, l’INSAS reçoit 7 étudiants de la promotion IX de l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique du Théâtre National de Bretagne.

Dans un premier temps, ils assisteront  aux Cartes Blanches dirigées par Sofie Kokaj et Anne Thuot durant lesquelles les élèves d’Interprétation Dramatique de 3ème et 4ème années de l’INSAS et ceux de 3ème année Théâtre et Techniques de Communication expérimentent la création sur un thème de leur choix.
Ils participeront ensuite, avec 8 étudiants de B3 Interprétation Dramatique de l’INSAS, à un atelier de création et d’interprétation dramatique dirigé par Armel Roussel.
Les étudiants de L’ESAD du TNB et les étudiants de l’INSAS sont rassemblés dans un groupe composé des étudiants de chaque école. Les propositions artistiques faites pour cet atelier tiennent compte de l’objectif même d’un échange, à savoir la confrontation de pratiques et connaissances, et établissent, autant que possible, des croisements et passerelles.

L’existence d’une École depuis 1991 au sein du Théâtre National de Bretagne révèle à quel point la formation et la transmission font partie de la globalité du processus théâtral. Celle-ci s’inscrit dans la tradition de l’École d’art : un gymnase, une académie, où le théâtre est enseigné par des praticiens comme outil et champ d’exploration, d’expérimentation sur l’humain en son intimité et en son être public. Le théâtre étant une œuvre communautaire, chacun est considéré comme un être singulier au service d’un tout. Solidarité, ouverture et attention à l’autre, esprit de groupe font partie des fondamentaux de notre enseignement, de même que le goût de l’effort, de la rigueur et de la responsabilité. 
Éric Lacascade, responsable pédagogique de la promotion 9

L’école recrutera sa dixième promotion (2018-2021) sous la direction d’Arthur Nauzyciel, nouveau directeur du Théâtre National de Bretagne. Le concours aura lieu au printemps 2018.

Double prix pour Angelika au Festival Filmer à tout prix

Le Festival Filmer a tout prix s’est déroulé du 23 novembre au 2 décembre à Bruxelles et s’est clôturé ce samedi soir avec la remise des prix. Angelika de Léopold Legrand, film documentaire issu du projet « Regards Croisés » a été doublement récompensé avec le Prix Cinergie et le Prix du Regard Citoyen.

« Courageuse et provocatrice, Angelika prend tout en dérision, se moque et rit trop fort, frappe les arbres qui eux, au moins, ne risquent pas de rendre les coups. Aucun voyeurisme dans ce parti pris de coller aux basques de ce petit et immense personnage, mais au contraire la volonté pratique d’éviter tout jugement moral et tout psychologisme. Le jury de Cinergie a été séduit par la créativité cinématographique du réalisateur, autant que par son sujet, et sa capacité de mettre en scène pour mieux faire ressentir le réel. En réalisant ce film d’école dans des conditions de temps limité, Léopold Legrand prouve son ingéniosité pour dompter les contraintes, qualité indispensable pour devenir un vrai réalisateur. »

L’INSAS est mis à l’honneur cette année au Festival Filmer à tout prix, Laurent Van Lancker, professeur de l’option Réalisation, a été largement récompensé au sein de la compétition belge des longs-métrages. Son nouveau documentaire Kalès a reçu le Prix Quadrature du Cercle et le Grand Prix de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Patric Chiha, ancien étudiant de la section montage et scripte sorti en 2001, a été récompensé avec le Prix du Jury – Universciné pour son film Brüder der Nacht (Brothers of the Night).

 

 

« La Revue », sous la direction de Charlie Degotte

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Revue est un exercice proposé aux étudiant.e.s Théâtre et techniques de communication B2, dirigé par Charlie Degotte.

L’enjeu de ce séminaire est au théâtre ce que la caricature est au dessin : croquer l’actualité en quelques traits.

© Michel Boermans

« En face » primé à Camerimage 2017

« En face », film de fin d’études réalisé en 2016 par Jeanne Privat, vient d’être primé au sein de la Student Etudes Competition du Festival Camerimage où le métier de chef-opérateur est mis à l’honneur. L’image du film a été réalisée par Tom Durand. Le court-métrage raconte l’histoire de Rose qui « passe ses journées à espionner ses voisins, persuadée qu’elle découvrira un jour un grand criminel. Ange, son mari, subit en silence ses délires paranoïaques jour où la réalité prend le pas sur le fantasme ».

C’est la deuxième année consécutive que l’INSAS est présente à Camerimage. L’année passée, Juliette Van Dormael, ancienne étudiante de la section Image, a remporté le Prix  « BEST CINEMATOGRAPHER’S DEBUT » AWARD avec le film « Mon Ange » de Harry Cleven, réalisateur et professeur à l’INSAS dans la section Réalisation et Interprétation dramatique.

Missions pédagogiques de l’INSAS à l’international

L’INSAS poursuit son déploiement international.
Durant l’automne 2017, quatre professeurs de l’INSAS interviendront au Vietnam à la SKDA (Académie du cinéma et du théâtre d’Hanoi) à travers des missions d’expertise pédagogique. Sous la forme de masterclass et de modules de formation, Anne Paulicevich, Harry Cleven, Rob Rombout et Rogier Van Eck formeront des groupes d’étudiants, sélectionnés par la SKDA et l’INSAS, à l’écriture de fictions et de documentaires, aux paramètres d’écritures et à l’analyse filmique. Suite au succès du projet de coopération entre la SKDA et l’INSAS entre 2010 et 2015, l’École souhaitait continuer sa coopération avec l’INSAS dans la formation approfondie des metteurs en scène / réalisateurs.

© Cao Manh Tien – SKDA website

D’autres collaborations pédagogiques à l’étranger ont pu se mettre en place cet automne grâce au soutien de Wallonie-Bruxelles International (WBI). En octobre, s’est déroulée à Ouagadougou au Burkina Faso, dans le cadre du partenariat entre l’INSAS et l’ISIS (Institut Supérieur de l’Image et du Son), une formation sur les effets spéciaux et les trucages. La formation, conduite par Samuel Bodson, fut une expérience enrichissante qui a permit de créer un noyau d’amitié, de passion qui peut perdurer et faire émerger un réseau de truquistes VFX à Ouagadougou.

À la mi-novembre un autre représentant de l’INSAS, Aurélien Bodinaux, proposera toujours à l’ISIS de Oaugadougou, une formation sur la production cinématographique et audiovisuelle.

Toujours en 2017, une nouvelle coopération a pu se développer avec le Chili qui a portée ses fruits non seulement pour les échanges d’étudiants (Regards croisés) mais aussi pour des nouvelles missions d’expertise pédagogique. Trois professeurs de l’INSAS, Thierry Odeyn, Ronnie Ramirez et Jorgé Léon, interviendront avant la fin de l’année à l’Université de Valparaiso.

« Paul est là », en lice pour les Magritte !

La liste des courts métrages pré-sélectionnés aux Magritte du cinéma 2018 est enfin dévoilée et « Paul est là » de Valentina Maurel en fait partie. Le film est donc parmi les dix courts métrages de fiction qui seront proposés aux membres de l’Académie André Delvaux lors du premier tour de votes. 
De nationalité franco-costaricienne, Valentina Maurel quitte le Costa Rica pour étudier le cinéma en France. Après un bref passage par l’université à Paris, elle s’installe à Bruxelles pour suivre une formation plus technique à la Haute Ecole Libre de Bruxelles (ancienne INRACI) puis à l’INSAS pour un master en réalisation.

« Paul est là » raconte l’histoire d’un retour en arrière, comme un fantôme inopportun qui sonne à la porte. Paul est là, et sa présence agaçante va bouleverser le quotidien de Jeanne.

Le film poursuit son parcourt en festival, il a été primé au Lisbon and Estoril Film Festival, à Cannes avec le Premier Prix de la Cinéfondation et à Paris où il reçoit le Premier Prix au Festival Le Court en Dit Long. « Paul est là » est produit par l’INSAS, l’Atelier de Réalisation, avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

News Regards Croisés

Depuis 2003, l’INSAS organise des échanges avec de nombreuses écoles de cinéma dans le monde. Le projet « Regards croisés » a pour objectif de permettre à des étudiants d’écoles de cinéma partenaires de perfectionner leurs connaissances acquises au cours de leur formation en réalisant un film documentaire d’une quinzaine de minutes dans un autre pays.

Dans le cadre du partenariat avec la Beijing Film Academy (BFA) les échanges se succèdent depuis 2009. Actuellement quatre étudiants de l’INSAS, Lou du Pontavice, Victoire Bonin, Thomas Licata et Hugo Brilmaker sont accueillis à la BFA. Nous attendons prochainement l’arrivée de quatre étudiants de cette même école. Lors du partenariat avec l’INCINE en Equateur, après le séjour de cinq semaines à Quito de Marion Barthès et de Lancelot Hervé en début d’année 2017, nous accueillons actuellement deux étudiantes de l’INCINE, Camila Arroyo et Stefany Salazar. 

Un nouveau partenariat a pu se concrétiser cette année avec l’Université de Valparaiso au Chili. L’INSAS accueillera vers la mi-novembre Carolina Quezada et Jorge Fuentes.
Nos étudiants, 
Léo Belaish et Léo Malek quant à eux, se rendront à l’Université de Valparaiso en novembre. Concernant le partenariat avec la Pologne, l’échange aura lieu durant ce mois de novembre. Matthieu Bourdeaud’hui et Lisa Billuart Monet se rendront à la PWSFTviT de Lodz et nous accueillerons à l’INSAS Katarzyna Wisniewska et Joanna Kakitek.

Ces échanges sont organisés avec l’aide de Wallonie-Bruxelles International, la Région de Bruxelles-Capitale, l’ARES et l’Atelier de Réalisation.

Présentation de saison & Ciné-concerts du Ciné Club

Le Ciné Club de l’INSAS est un projet mené par les étudiants de l’INSAS. Il est né du besoin de se réunir pour faire vivre un certain cinéma. Dans le but de répondre au simple plaisir cinéphile, oubliant tout objectif mercantile. Le Ciné club de l’INSAS se veut être un espace ouvert où la parole est donnée au « petit » cinéma : celui qui ne trouve que trop difficilement sa place dans les autres espaces dédiés au 7e art. Ceci dans le but de questionner le cinéma d’aujourd’hui, de chercher à dessiner les traits d’un cinéma d’hier et d’esquisser ceux du cinéma de demain.

Le Ciné Club de l’INSAS dévoilera sa programmation pour l’année 2017/2018 le 26 octobre à 21h00 aux Halles Saint-Géry.

La présentation sera suivie de trois ciné-concerts créés par des étudiants de l’INSAS

  • 21h00 : Théo Jegat et Manel Weidmann avec Meshes of the afternoon de Maya Deren
  • 21h30 : Lucas Lauwers, Maxime Jouret et Arthur Michel avec Vampyr de Carl Theodor Dreyer
  • 22h00 : Vassili Schemann et Cyprien Mechanick avec Silly Simphony de Disney puis Boogie Doodle et La Merle de Norman MacLaren

Cette année le Ciné Club de l’INSAS est résident aux Halles Saint-Géry – Agora bruxelloise.

Détails de l’évènement

Site des Halles Saint-Géry

Conférence sur l’application Cineklee, communication en prépa, tournage et post-prod de fiction

Le 28 octobre de 10h à 14h à l’INSAS département Cinéma (salle 35 mm).
Conférence Présentée par  Odile Levasseur, conceptrice de l’application.

Cineklee est une application qui permettrait d’envisager autrement la préparation et le tournage d’un projet en offrant une base de données qui facilite la collaboration entre les différents métiers du cinéma. Au cours du processus de création d’une fiction audiovisuelle ou cinématographique, multiples documents sont créés et mis à jours en fonction des changements de scénario, de mise en scène et des multiples contraintes de production (disponibilités d’acteurs, de lieux de tournage, d’accessoires…). Les plans de travail, feuilles de services, continuités, dépouillements, rapports montage, (etc.) assurent la fluidité de la communication entre assistants réalisateurs, scriptes et monteurs, mais aussi la majorité des chefs de poste qui basent leur préparation de tournage sur ces documents actualisés.

Après 15 ans d’expérience sur des fictions et 3 ans de recherches et de modélisation de ces processus de communication inter-métiers, Odile Levasseur a développé avec plus d’une trentaine de scriptes professionnelles un outil personnalisable (CineKleeScripte) qui permet la saisie, l’impression et la mise à jour de ces documents. En prenant exemple sur ce premier outil fonctionnel, elle se propose d’ouvrir des ateliers de réflexion et de développement avec les assistants réalisateurs et les monteurs afin qu’ils définissent eux-mêmes leur propre outil de gestion de documents et décident en concertation avec les scriptes des informations qu’ils souhaitent s’échanger ou non.

« L’enfant né du vent » primé au FIFF

Le Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) vient de s’achever en dévoilant au passage ses prix officiels. Il récompense avec le Prix Spécial du Jury le court-métrage « L’enfant né du vent » de David Noblet. Ce film est issu du projet Regards Croisés qui permet des échanges avec de nombreuses écoles de cinéma dans le monde, il a été réalisé en collaboration avec la Beijing Film Academy en Chine (BFA).

Pékin, le printemps. Pan pan a 10 ans. Avec son grand-père, ils passent la journée dans une petite ferme à 20 minutes à peine du centre de Pékin et de ses hauts gratte-ciel. Ils cultivent ensemble un petit lopin de terre. Le père de Pan pan est absent, parti travailler en France. Il appelle et laisse des messages téléphoniques. Le vent souffle, le soleil brille et Pan pan joue tout seul dans les hautes herbes.

Page 1 sur 3012351015Dernière page »