Jean-Claude Batz nous a quitté


C’est avec grande tristesse que nous avons appris le décès de Jean-Claude Batz le jeudi 14 novembre.

Jean-Claude fut un des professeurs fondateurs de l’école. L’INSAS est née des intelligences et talents réunis de Raymond Ravar, André Delvaux, Paul Anrieu, Jean Brismée, Paul Roland, et de Jean-Claude.

Ils l’ont inventée en imaginant un enseignement libéré des carcans entre culture générale et formation instrumentale, entre les créateurs et les techniciens. Ensemble, nos pères fondateurs ont imaginé une école qu’aujourd’hui on qualifierait de “pilote”. A la fin des années 50, c’était audacieux et précurseur de créer une école axée sur la pédagogie par projet, sur la pratique collective, la complémentarité des métiers, une école qui n’opposerait pas la théorie à la pratique. C’était également nécessaire. Aujourd’hui, des générations de créateurs leurs sont reconnaissants de cette audace.

Dans les nombreux témoignages qui nous sont parvenus à l’annonce du décès de Jean-Claude, deux mots sont revenus, avec constance et émotion : gentillesse et générosité.
De toute évidence, au-delà de ses grandes qualités professionnelles, nous sommes nombreux à avoir été touchés par ses qualités humaines.

Ce sont certainement ces qualités qui ont inspiré à Jean-Claude l’idée géniale des ateliers de production et plus particulièrement les ateliers d’école et d’avoir pu convaincre les responsables politiques de l’époque d’y adhérer. Son envie de garantir la plus large diversité d’approche et la plus large accessibilité à la production cinématographique l’ont conduit à proposer ce dispositif.
Un dispositif très concret car depuis sa création, l’Atelier de réalisation de l’INSAS a bénéficié à un grand nombre de jeunes talents.
Au fil des années et des promotions, l’Atelier est demeuré fidèle à son objectif initial : être la passerelle entre le monde protégé de l’école et le monde professionnel, en accompagnant les étudiants en fin d’études dans leurs premiers pas dans la profession.

De tout cela, nous sommes heureux, et fiers.

Alors merci Jean-Claude.

Laisser un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués *.