Au revoir Monsieur Ravar

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Raymond Ravar, fondateur-directeur de l’INSAS.

Raymond Ravar, né le 18 mai 1927, était journaliste à la radio lorsque, en 1959, naît, avec Jean Brismée, André Delvaux, Paul Anrieu, Jean-Claude Batz et quelques autres, l’idée d’une école de théâtre et de cinéma. L’INSAS verra le jour en 1962 et Raymond en sera le directeur jusqu’en 1991. À La suite de quoi il prendra pour une bonne dizaine d’années la direction des EAVE (Entrepreneurs de l’Audiovisuel Européen).

Il a réussi, durant ces presque 30 années à la direction de l’INSAS, à insuffler un esprit moderne et à mettre en place des pratiques d’enseignement qui sortaient résolument des sentiers battus. En réunissant autour de lui des praticien.ne.s renommé.e.s dans tous les domaines des arts vivants, en développant une approche originale permanente, il a mené à maturité une expérience pédagogique unique et a réussi à motiver ses enseignant.e.s pour faire de l’école ce qu’elle est aujourd’hui.

Travailleur infatigable, brillant orateur, parfois bavard, toujours pertinent, il a aussi réussi à naviguer dans un contexte institutionnel bien différent de ce que l’on connaît actuellement.

Il s’était retiré de la vie professionnelle à 75 ans, gardant néanmoins pendant une bonne dizaine d’années une activité importante de spectateur averti et curieux, jusqu’au moment où sa santé l’a éloigné des salles de spectacle.

Pour toutes celles et ceux qui l’ont bien connu, nous n’oublierons pas ses petites notes jaunes, ses moments d’humeur et de rire, et son soutien discret.

Il est décédé paisiblement cette nuit du 1er avril 2020.

Commentaires (2)

  1. Le merci d’un ancien élève pour avoir créé et dirigé l’INSAS, où, dans l’air du temps de 68, avec son merveilleux et son kitsch, s’exerçait la liberté, y compris celle d’emprunter des variantes des parcours auxquels préparait l’école.

  2. oooh.. quelle tristesse.. Ancien élève de l’ Insas, et ayant le projet de créer ici avec des amis dans la Drôme provençale, des ateliers cinéma, je venais aux infos pour voir comment l’Insas avait évolué, et première news, le décès de Monsieur Ravar… Halala.. que de souvenir qui émergent.. j’avais, 19, 20 ans.. section image… en 1975, par là.. Merci Monsieur Ravar, d’avoir contribuer à la création de cette super école hors des sentiers battus, de m’avoir  » engrammé » une vision des « choses » du cinéma qui m’accompagne encore au quotidien, même si je ne suis pas devenu un pro du cinéma..

Les commentaires sont fermés.