Bachelier Montage/ Scripte

Accueil / Cursus / Bacheliers

Projet pédagogique de l’option Montage / Scripte

Les deux orientations développées au sein de l’option (Montage et Scripte) sont communes sur l’essentiel du cursus, mais l’étudiant pourra, en fonction de ses affinités et de son choix, se perfectionner en cours d’études dans l’une ou l’autre de ces spécialisations.

Le  programme  d’études  «  Montage/Scripte »  propose  des  situations, expériences et formations  qui permettront à l’étudiant, tout au long du cursus, d’affiner son regard et développer sa réflexion, sa sensibilité et son sens critique.

Des pratiques polyvalentes, abordant autant le documentaire que la fiction, amèneront l’étudiant à travailler les rapports image et son jusque dans leurs aspects expérimentaux.
Des cours d’analyse de films, d’histoire(s) du cinéma, des stages externes en immersion professionnelle (montage et scripte), ainsi que des initiations théoriques, techniques et technologiques renforceront encore la formation.

Le deuxième «  bloc  » propose à l’étudiant d’appréhender l’ensemble des possibilités, paramètres, règles et contraintes du métier de monteur. Les lignes fictionnelles et documentaires sont poursuivies et enrichies.
Au cours de celui-ci, trois aspects essentiels du métier de monteur seront développés  :

Le premier «  bloc  » propose à l’étudiant une approche des principes et techniques des différentes disciplines organisées autour de l’axe audiovisuel : initiation pratique à l’image, au son, au montage (dont un exercice en pellicule 16mm), observation, écriture, introduction à la technique du plateau et analyse. L’étudiant pourra ainsi appréhender de manière globale les outils et la chaîne de production dans le cadre d’une approche fictionnelle et documentaire. Pour chacune de ces approches, il en percevra le langage et les codes, les modes de pensée et comportementaux, la discipline, le rôle des différents intervenants, ainsi que les spécificités et qualités requises pour le travail en équipe. Des pratiques plus spécifiques de montage et de scripte (les fondamentaux) complètent et renforcent le cursus de cette première année.

Visuel 2 PP Montage 2016

Le deuxième «  bloc  » propose à l’étudiant d’appréhender l’ensemble des possibilités, paramètres, règles et contraintes du métier de monteur. Les lignes fictionnelles et documentaires sont poursuivies et enrichies.
Au cours de celui-ci, trois aspects essentiels du métier de monteur seront développés  :

–    L’aspect technique : par une série de cours techniques et informatiques plus spécifiques appliqués à l’audiovisuel, l’étudiant sera amené à mieux comprendre et à mieux maîtriser la chaîne numérique de montage image et son.
–    L’aspect méthodologique : des cours d’histoire du montage (des origines aux expérimentations contemporaines), d’analyse de la structure narrative et de la structure sonore et musicale, aideront l’étudiant à mieux appréhender les contenus, et enjeux des futurs films qui lui seront confiés – matières à tourner pour la pratique scripte, ou à structurer pour la pratique montage. La poursuite de la formation théorique lui permettra donc d’avoir une approche plus méthodologique du scripte et du montage.
–    L’aspect créatif : des pratiques particulières permettront à l’étudiant d’envisager de manière créative l’ensemble des paramètres liés à sa pratique : du découpage à la composition interactive des éléments image et son, de l’agencement des sons seuls complémentaires au rôle de la musique et du bruitage ainsi qu’à l’apport spécifique du mixage.

Au travers de ces différentes approches (techniques, méthodologiques, créatives), ce deuxième bloc vise à dégager progressivement l’étudiant de l’ensemble des contraintes techniques, afin de lui permettre un travail et un engagement créatifs au sein de chaque projet auquel il sera amené à collaborer.

 

Visuel 3 PP Montage 2016

Le troisième bloc complète la formation aux paramètres techniques, narratifs et esthétiques essentiels liés au montage fictionnel et documentaire, ainsi que l’approfondissement de la pratique scripte.

–    Une pratique scripte approfondie, renforcée par des travaux en interne (scripte sur des tournages de films d’étudiants), mais également en externe lors de stages sur des tournages professionnels de long-métrage, renforcera la formation de l’étudiant «  scripte  » et lui permettra de maîtriser l’ensemble des paramètres liés à cette fonction sur la durée d’un film et les enjeux complexes, et parfois fluctuants, d’une structure narrative.
–    Une pratique montage approfondie permettra à l’étudiant «  monteur  » de comprendre et de structurer des matières plus complexes, mais également « professionnelles ». Elle lui permettra surtout d’aller au-delà de la simple mise en forme des matières tournées, en l’amenant à une stratification de plus en plus fine des structures et récits, et à une perception plus aiguë du rythme et du temps cinématographique.

Des cours techniques, des stages et visites de studios ou de laboratoires permettront à l’étudiant de mieux comprendre la chaîne de post-production interne (liée au matériel de l’école), mais également de mieux maîtriser les étapes successives d’une post-production externe, de type professionnel  ; des cours d’analyse, aux approches diversifiées et ouvertes, complèteront sa formation générale.

Ce cycle se clôture par un dossier de fin d’études ou l’élaboration d’une fiche technique (sur une technique ou un équipement spécifique).
La disposition chronologique des cours et des exercices pratiques est le fruit de l’expérience accumulée depuis la naissance de l’école. Elle assure notamment la possibilité d’association des étudiants des différents cursus nécessaire à leurs apprentissages respectifs aux moments opportuns pour permettre d’assurer l’acquisition des compétences requises. Elle fait partie du projet pédagogique de la section.

 

 


Sites internet

  • > L’EVOLUTION DU MONTAGE : DE GRIFFITH À GODARD (cours univ : 50 min.30’’) Etudier le montage, c’est se placer au coeur de la notion la plus spécifique de l’art cinématographique. Qui veut définir le cinéma, ne peut se dispenser d’un examen de ses multiples potentialités. Le plus couramment destiné à raconter une histoire ou à exprimer un sentiment, une idée, le montage assemble plusieurs unités de base, nommées  » plans « , afin de créer une technicité de la perception. www.canal-u.tv/video/universite_rennes_2_crea_cim/evolution_du_montage_de_griffith_a_godard.14735


Choix bibliographique général

Choix bibliographique scripte :

  • « La script-girl » de Sylvette BAUDROT et Isabel SALVINI (Editions de La fémis)
  • « La scripte d’aujourd’hui » de Zoé ZURSTRASSEN (Editions Dujarric)
  • « Scripte, pratique du métier en mono ou multi-caméras » de Catherine COSTE (Editions De Boeck)
  • « La lanterne magique : mémoires d’une scripte » de Jeanne WITTA-MONTROBERT (Editions Calmann-Levy)

Choix bibliographique montage :

  • Vincent Amiel « Esthétique du montage », Ed. Nathan Cinéma, 2002.
  • Jacques Aumont « Montage Eisenstein », Ed. Images Modernes – Cinéma, 2005.
  • Robert Bresson « Notes sur le cinématographe », Ed. Gallimard.
  • Noël Burch « La Lucarne de l’Infini » (Naissance du langage cinématographique), Ed. L’Harmattan, 2007.
  • Henri Colpi « Lettres à un jeune monteur », Ed. Les Belles Lettres / Archambaud.
  • Antoine de Baecque & Philippe Chevalier « Dictionnaire de la pensée du cinéma », Ed. puf (Quadrige), 2012.
  • Gilles Deleuze « L’image-temps & L’image-mouvement », Ed. de Minuit, 2 volumes.
  • Vincent Deville « Les formes du montage dans le cinéma d’avant-garde », Ed. Presses Universitaires de Rennes, 2014.
  • Philippe Durand « Cinéma et Montage : un art de l’ellipse » Ed. du cerf 7ème Art.
  • Laurent Jullier « L’analyse de séquences », Ed. Nathan Cinéma.
  • Albert Jurgenson & Sophie Brunet « Pratique du montage », Ed. Le Bord de l’Eau, 2014.
  • Jean Mitry « Esthétique et Psychologie du Cinéma », Ed. Universitaires, Paris (réed.1990).
  • Michael Ondaatje « Conversations avec Walter Murch » (l’art du montage cinématographique), Ed. Ramsay
  • Dominique Vilain « Le montage au cinéma », Ed. Cahiers du Cinéma.
  • « Les conceptions du montage », Revue CinémAction 1994 > sous la direction de Maillot & Mouroux, préface d’Henri Colpi, Ed. Corlet-Télérama.

Choix bibliographique général : 

Edition > « Les petits Cahiers » (Cahiers du Cinéma / SCEREN-CNDP) :

  • Nicole Brenez « Cinémas d’avant-garde »
  • Jean Breschand « Le documentaire, l’autre face du cinéma »
  • Marie Anne Guerin « Le récit de cinéma »
  • Laurent Jullier « Le son au cinéma »
  • Joël Magny « Le point de vue »
  • Michel Marie « Le cinéma muet »
  • Gilles Mouêllic « La musique de film »
  • Vincent Pinel « Le montage »
  • Emmanuel Siety « Le plan »

 

  • André Bazin « Qu’est-ce que le cinéma », Ed. du Cerf.
  • « Qu’est-ce que le cinéma », Revue « Trafic » n° 50 > été 2004.
  • « Les entretiens Hitchcock / Truffaut », Ed. Gallimard, 2003.
  • Walter Benjamin « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », Ed. Allia, 2004.
  • Annick Bouleau « Passage du cinéma, 4992 », Ed. Ansedonia, 2014 (www.ouvrirlecinema.org)
  • Daniel Benda & José Moure « Le cinéma : art d’une civilisation », Ed. Flammarion, 2011
  • Daniel Benda & José Moure « Le cinéma : naissance d’un art »,   Ed. Flammarion, 2008
  • Dominique Château « Esthétique du cinéma », Ed. Armand Colin (Cinéma 128).
  • Michel Chion « Le son au cinéma » et « La Voix au cinéma », Ed. Cahiers du Cinéma.
  • Serge Daney « Persévérance », Ed. P.O.L.
  • Luc Dardenne « Au dos de nos images, 1991-2005 » (suivi du scénario du Fils et de L’Enfant) Ed. du Seuil.
  • Guy Debord « La Société du Spectacle », Ed. Gallimard.
  • Georges Didi-Huberman « Survivance des lucioles », Ed. de Minuit.
  • Carl Théodor Dreyer « Réflexions sur mon métier », Ed. Petite Bibliothèque des Cahiers du Cinéma, 1997.
  • Festival de Cannes : « Les Leçons de Cinéma » (conférences de 17 réalisateurs), Ed. Panama, 2007.
  • André Gaudreault & François Jost « Le Récit cinématographique », Ed. Nathan, 1990
  • Guy Gauthier « Le documentaire, un autre cinéma », Ed. Nathan Université.
  • Jean-Luc Godard « par Jean-Luc Godard », Ed. Cahiers du Cinéma / Éditions de l’Étoile.
  • Ernst Hans Gombrich « Histoire de l’art », Ed. Phaidon (16ème édition, 2001).
  • Eric J. Hobsbawm « L’âge des extrêmes / Histoire du court XXème siècle » Ed. Complexe
  • Youssef Ishagpour « Le cinéma – histoire et théorie », Ed. Farrago, 2006.
  • Youssef Ishagpour « Historicité du cinéma », Ed. Farrago, 2007.
  • Yves Michaud « La crise de l’art contemporain », Ed. PUF / Quadrige 2005.
  • Yves Michaud « L’art à l’état gazeux – Essai sur le triomphe de l’esthétique », Ed. Hachette-Littératures (Pluriel), 2008
  • Edgar Morin « Le cinéma ou l’homme imaginaire », Ed. de Minuit.
  • Dominique Noguez « Éloge du cinéma expérimental », Centre Pompidou, Paris 1979 (réed. 1999).
  • Vincent Pinel « Le siècle du cinéma », Ed. Larousse, 1995.
  • Donald Richie « Ozu », Ed. lettre du blanc, 1980.
  • Andrei Tarkovsky « Le temps scellé », Ed. Cahiers du Cinéma / Ed. de l’Étoile.
  • F. Vanoye & A. Goliot-Lété « Précis d’analyse filmique », Ed. Nathan Université (Cinéma 128).
  • « Vertov : L’invention du réel ! » : actes du colloque de Metz, 1996 de François Albera et Jean-Pierre Esquenazi, Ed. L’Harmattan (Champs-Visuels).
  • Federico Zeri « Derrière l’image : Conversations sur l’art de lire l’art » Ed. Rivages.
  • Slavoj Zizek « Lacrimae rerum/Essais sur Kieslowski, Hitchcock, Tarkovski et Lynch » Ed. Amsterdam

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer