Passa Porta met le théâtre belge à l’honneur

Le 28 novembre à 20h15, à Passa porta, 46 rue Antoine Dansaert 1000 Bruxelles, Philippe JEUSETTE lit des extraits de « SPOUTNIK » sous la direction de Virginie THIRION et avec la musique de Eric RONSSE. A l’issue de la lecture, une rencontre est prévue entre Jean-Marie PIEMME et Dimitri VERHULST auteur de la « LA MERDITUDE DES CHOSES ». « Spoutnik » est édité chez Aden; « La merditude des choses », chez Denoel

jeanmariepiemme.be

Infos et réservations : info@entrezlire.be
Tel : 02/513 46 74
http://www.entrezlire.be/
  PASSA PORTA : 46 RUE ANTOINE DANSAERT – 1000 BRUXELLES

Actualité d’un ancien étudiant de l’INSAS : Alain Lorfèvre

Deux du Welz sinon rien

d’ Alain Lorfèvre

(Mis en ligne le 16/11/2011 dans la Libre Belgique)

Le réalisateur de “Calvaire” tournera deux films en 2012 : “Colt 45” et “Alleluia”. Le premier est un polar urbain avec Gérard Lanvin et Joey Starr.

Excellente nouvelle pour Fabrice du Welz, l’un de nos réalisateurs les plus originaux et les plus audacieux : le projet « Colt 45 », qui couve depuis quelque temps, va se concrétiser début 2012. Et, une fois n’est pas coutume, on apprenait lundi que son prochain film, « Alleluia », se tournerait dans la foulée durant le prochain été. De quoi réjouir ses nombreux fans, qui ont déjà fait de ses précédents « Calvaire » (2004) et « Vinyan » (2008) des films cultes.

Après le « survival » et le fantastique, le grand amateur de cinéma de genre qu’est du Welz va aborder le polar – un de ses grands fantasmes de réalisateur cinéphile. Comme il nous l’a expliqué, «  »Colt 45 » est l’histoire d’un jeune armurier, Vincent Miles, un « Mozart des armes », travaillant pour la police française. Il va devoir lutter contre ses pulsions de mort. Le film raconte sa descente irréversible vers le côté obscur. » Le jeune homme cache aussi une blessure, lié à son père, ancien agent du GIGN. Ce qui fait dire avec humour au réalisateur qu’il y a de l’Anakin Skywalker dans le personnage principal de son prochain film.

Le projet lui a été amené il y a environ dix-huit mois par La Petite Reine, la société de production du Français Thomas Langmann (l’un des plus importants producteurs hexagonaux : « Astérix et les Jeux olympiques », « La Nouvelle Guerre des boutons »). « J’en reçois beaucoup, et ils me plaisent rarement », précise le réalisateur, qui écrit ses scénarios lui-même. « Mais j’ai trouvé ce scénario fascinant. » Son auteur, Fathi Beddiar, est un ancien critique cinéma (il a notamment travaillé pour la revue « Mad Movies »). La version reçue par du Welz faisait néanmoins 180 pages – soit un film de près de trois heures. « Nous avons passé beaucoup de temps à retravailler le scénario pour arriver à un script dense, assez fouillé. » Surtout, souligne le réalisateur, les personnages sont « riches et complexes« , le film ayant, selon ses dires, « un potentiel à la fois critique et populaire ».

Dans la figure du jeune armurier « Mozart des armes », et à son prénom, Vincent, on peut deviner où pointent les regards du réalisateur et du scénariste : vers le polar américain « des années 70 et 80 comme on l’aime » et, plus précisément, Michael Mann – dont Fabrice du Welz est grand amateur affiché. De quoi prédire un film dans la veine de « Collateral » ou « Heat », « loin des sentiers battus du polar français », à la fois musclé et centré sur ses protagonistes. Le rôle principal sera tenu par un jeune acteur français inconnu, Ymanol Perset. Pour le soutenir, « Colt 45 » aligne Gérard Lanvin, Simon Abkarian et Joey Starr. Fabrice du Welz retrouvera sur ce tournage son chef opérateur attitré, le Belge Benoît Debie.

Après « Colt 45 », qui sera tourné entièrement à Paris, du Welz reviendra en terre wallonne avec « Alleluia », un projet qu’il a coécrit avec Vincent Tavier, qui en sera aussi le producteur. Des retrouvailles, puisque Tavier avait produit avec ses partenaires de La Parti le premier long métrage du réalisateur, « Calvaire ». Ce film dans lequel joueront Bouli Lanners et Jeanne Balibar entretient d’ailleurs un léger lien narratif avec « Alleluia ». « Ce sont des histoires parallèles », précise Fabrice du Welz. « Ceux qui ont vu « Calvaire » identifieront les connexions. »

Le réalisateur mûrit d’ailleurs un troisième film ardennais, dans la même veine. Plus fondamentalement, « Alleluia », qui s’annonce comme une autre œuvre extrême du réalisateur, est « une libre adaptation des « Tueurs de la lune de miel » », film-culte de Leonard Kastle, datant de 1970, inspiré de l’histoire authentique d’un couple de serial-killers américains. Le projet a bouclé son financement, avec le soutien notamment du Centre du cinéma et de l’audiovisuel de la Communauté française et de Wallimage. On pourrait également retrouver au casting Virginie Efira, qui a manifesté son intérêt pour le scénario.

Dans un cas comme dans l’autre, on devine à l’écouter que Fabrice du Welz travaillera une fois de plus avec ses tripes – en cherchant à prendre le spectateur aux siennes.

Les Prix de la Critique 2012

 

Lundi soir , au Théâtre National, les Prix de la Critique Théâtre et Danse ont dévoilé leurs lauréats !

Le prix de la meilleur mise en scène revient à une ancienne étudiante de l’INSAS, Selma Alaoui pour son spectacle I would prefer not to…pièce qui sera jouée au Théatre Les Tanneurs en 2012-2013 (à partir de mai 2012 vous pourrez obtenir plus de renseignements sur le site http://www.lestanneurs.be/ ) .

Ce même spectacle a été également primé dans la catégorie  »meilleur Comédienne » avec le prix décerné à notre professeur Anne-Marie Loop, comédienne fétiche des metteurs en scènes belges des années 70 Van Kessel (Karl Valentin), Pousseur (Le Géomètre et le messager), Delcuvellerie (La mère de Brecht, Arkadine dans la Mouette) etc. Sa personnalité parvient à incarner des tranches de vie à caractère fort telle une mère alcoolique de I would prefer not to. …ou l’inoubliable Arkadine dans la Mouette …elle parvient à faire passer avec toute l’humilité qui la caractérise une véritable présence sur plateau qui fait que le spectateur passe du rire au larme. Vous pourrez retrouver ses propos sur le sujet dans l’article ci- dessous :

Ce que je suis dit-elle à J.M Wynants, en 1995, c’est tout ce que j’ai rencontré dans ma vie. Dans mon sac à dos, il y a des milliers de regards, de rencontres. Et j’aime bien cette idée que, quand je suis sur scène, j’ai tout ce monde avec moi.

http://www.lesprixdelacritique.be/index/detail?cat=12

 

Pour l’actualité de nos comédiennes :

Selma Alaoui jouera dans le prochain spectacle d’Armel Roussel : Ivanov Re/MixD’après Ivanov d’Anton Tchékhov au Théâtre Les Tanneurs du mardi 6/12 au mardi 13/12 2011

Anne-Marie Loop joue dans Quai Ouest de B.M.Koltes du jeudi 17/11 au vendredi 25/11 2011 au Théâtre de la Place à Liège

De la nécessité des grenouilles

Celui-là, il est fait pour l’ombre. De ceux qui sont faits pour l’ombre. La lumière du succès, le soleil du pouvoir le flétrit, le consume, l’aveugle, et lui fait faire de mauvais choix. C’est dans l’ombre qu’il s’épanouit et tire au mieux profit de ses facultés.

Trois hommes.

On les croirait sortis d’un mauvais film noir, et pourtant, ce sont eux qui dirigent la ville.  Ville que quittent les usines, ville au bord d’une faillite certaine. Pour sauver la situation, ils empilent les magouilles, et tout serait parfaitement rentré dans l’ordre, si les Respectueux de l’environnement n’étaient pas venus y plonger leur nez …

Une satire de nos gouvernements actuels, prises de becs et hypocrisie pour un huis clos fondamentalement machiste.

texte Virginie Thirion
mise en scène
Sofia Betz
avec
Cédric Eeckhout, Karim Barras, Baptiste Sornin
scénographie
Sarah de Battice
assistante scénographe
Tinka Rodriguez
création lumière
Florence Richard
assistant à la mise en scène
Olivier Magis
création musicale originale
Lionel Vancauwenberge et Daniel Offerman (Girls in Hawaii) un spectacle de dérivation théâtre asbl coproduction Atelier 210 aide Ministère de la Communauté française – Service du théâtre d’après le projet original “Le cochon noir” de Sofia Betz

crédit photo: Olivier Cornil

 

Chaussée Saint-Pierre 210
1040 Bruxelles
02 732 25 98
Page 1 sur 11