Susana Rossberg



Native du Brésil, forte d’une carrière de plus de trente ans, émaillée par la fidélité de plusieurs grands noms du cinéma belge (Marion Hänsel, Jaco Van Dormael, Benoît Lamy), et réalisatrice à ses heures (voir notre numéro précédent), Susana Rossberg a mis toute sa verve au profit de ce nouveau chapitre de notre dossier sur les métiers du cinéma, consacré au travail des monteurs… et des monteuses!

Voir aussi: Cinergie

Cours ouvert – Etude du cinéma muet

Les BA2-T vous invitent à découvrir la présentation de l’exercice « Etude du muet (en jeu) », sous la direction de Jo Lacrosse, Anne-Marie Loop et Patricia Timmermans.

Avec Salvatore Calcagno, Arthur Egloff, Amélie Gehin, Sophia Geoffroy, Ulrike Günther, Hélène Lacrosse, Pietro Marullo, Marion Pillé

mardi 15 décembre à 17h (Filage ouvert)

mercredi 16 décembre à 14h (Filage ouvert)
jeudi 17 décembre 14h (cours ouvert)

Rdv dans le Hall de l’Insas Rabelais

Soirée spéciale Prix Scam 2009

« Visage interdit, Figure détruite » est une pièce radiophonique de Richard Kalisz, 2008, production Théâtre Jacques Gueux. Avec l’aide de la RTBF (Du Côté des Ondes), du Fonds d’aide à la création radiophonique de la Communauté française et le soutien de Radio Air Libre

« A l’origine, il était question d’un documentaire sur la prostitution masculine. Plus exactement sur la relation prostitués – clients. Mais je cherchais les voies de la création où l’auteur ne se situe pas au-dessus des personnes qui témoignent. Une œuvre où les êtres rencontrés nous deviennent personnages, où l’auteur se dévoile tout autant.
Il advient alors qu’une histoire singulière se tisse dans le déroulement des enregistrements. Et je ne me suis pas interdit de la vivre totalement tout en la captant. Cette saga du désir et de l’intime, dans un mélange indissociable de ruses, de vérités, de comédie ou de déchirements tragiques, livre une histoire balbutiante, comme la vie même : rêve fragile et cauchemar. Se déployant dans sa crudité et son romanesque lucide, cette « mise en scène » sonore où le créateur même se retrouve mis en question, se joue, sans jeu, sans comédiens, sans préméditation et dans le défi constant aux convenances. Le prostitué et son client ? Les plus grands auteurs en ont parlé, c’est vrai. Mais pas moi. Et il ne s’agit pas de littérature. »

L’entrée est libre, la projection sera suivie d’un drink (merci d’annoncer votre présence)

Réservation et information: Action culturelle, Anne Vanweddingen au 02/551 03 62, avanweddingen@scam.be

Le théâtre vu de près, pour une poétique du concret scénique

Deuxième conférence du cycle sur le Théâtre organisé par ARTes, La conférence de Georges Banu s’adresse prioritairement aux étudiants des options Théâtre et Scénographie du Conservatoire royal de Bruxelles, de la Cambre et de l’Insas. Elle est ouverte à tous les étudiants et professeurs des trois écoles.

A cette occasion Georges Banu va signer son dernier ouvrage «Miniatures Théoriques »(éd. Actes Sud).

Georges Banu, né à Bucarest, est professseur d’études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle à Paris. Il est président d’honneur de l’Association internationale des critiques de théâtre et corédacteur en chef de la revue Alternatives théâtrales. Il a publié un nombre important d’ouvrages consacrés aux metteurs en scène européens, en particulier Peter Brook, Klaus Michael Grüber, Giorgio Strehler, Ariane Mnouchkine ou Antoine Vitez.

Colloque Beyrouth, Ville de l’oubli…

mfile2331_Beiruth_A_01-300x192

TEMPS D’IMAGES, quand le document dépasse la fiction : 7 soirées composées, 1 expo permanente et 2 événements exceptionnels : Mazen Kerbaj, dessinateur de Beyrouth en performance permanente et, le 6 décembre un colloque exceptionnel Beyrouth, ville de l’oubli – Beyrouth, ville sans histoire(s) ?.

Dimanche 06.12 BEYROUTH, VILLE DE L’OUBLI – BEYROUTH, VILLE SANS HISTOIRE(S) ?

Avec Abbas Beydoun (poète), Jade Tabet (architecte-urbaniste),Elias Khoury (romancier), Mohamad Souaid (cinéaste), et aussiLieven de Cauter (philosophe) et Jean-Didier Berghilez (théoricien et critique). Proposer un temps de réflexion sous la forme d’un colloque Images et Politique est l’une des missions que se donnent les halles. Après la Palestine , nous abordons à présent Beyrouth, ville visible, meurtrie et détruite par quinze années de guerre civile et reconstruite de manière anarchique selon le seul plan des investisseurs ; et ville imaginaire, source de récits et de fictions. Visible/Imaginaire, les deux plans se rejoignent et se superposent entre destructions et tentatives de mémoire.

10.00 > 12.30 Abbas Beydoun et Jade Tabet: Beyrouth, ville visible
12.30> 14.00 Lunch
14.00 > 16.30 Elias Khoury et Mohamed Souaid: Beyrouth, ville imaginaire
17.30 BRT VRT ZRT KRT – Mazen Kerbaj’s trumpet solo

Beyrouth est la ville de l’Oubli.
À Beyrouth, on est le fils de rien, l’histoire n’existe pas à la différence du Caire, où l’on est toujours fils de Pharaon. Beyrouth méconnaît son visage. Jamais la ville ne se regarde, ne se voit dans le miroir. On parle toujours du droit à la mémoire, mais on ferait mieux de parler du droit à l’oubli. On n’a rien à garder en mémoire, on ne peut mémoriser le passé de prospérité parce qu’à son point culminant, il y a eu la guerre civile. Ce n’est pas la peine de se rappeler ce qu’on a volontairement perdu, détruit. C’est pourquoi, cette continuité historique n’existe pas dans l’imaginaire beyrouthin. On est dans un présent permanent, pétrifié, figé. On est toujours dans le présent qui, quelque fois, est lourd. L’oubli allège les choses, on est plus léger avec l’oubli. On bouge et on se déplace très facilement avec l’oubli. Beyrouth, c’est Disneyland, une ville sans âge, sans histoire. Les vieilles maisons du centre-ville ont été repeintes, et ce n’est pas seulement l’oubli, c’est la légèreté non historique. Quelque chose qui n’a rien à voir avec le temps. À Beyrouth, le temps n’existe pas. D’une conversation entre Abbas Beydoun et Fabienne Verstraeten, Beyrouth, été 2009.

Egalement présents aux halles…
04>12.12.09 DON’T FEED THE ARTIST Mazen Kerbaj

Pendant dix jours, Mazen Kerbaj s’enferme (et s’expose) dans une cage en verre dans laquelle il dessine. Les œuvres terminées prennent place au fur et à mesure sur les parois de la cage. Au dernier soir, (pendant le vernissage-décrochage) l’expo peut enfin commencer, et s’achever…

ME 09.12 20:00 – Rabih Mroué The inhabitants of images – performance
JE 10.12 20:00 – Joana Hadjithomas & Khalil Joreige Amale sauve-MOI – lecture / performance
VE 11.12 20 :00 – Joana Hadjithomas & Khalil Joreige Amale sauve-moi & Je veux voir – lecture / performance & film
SA 12.12 18:00 – Lina Saneh I had a dream, mom – film et rencontre avec Lieven de Cauter
04 › 12.12 Lina Saneh Someone must have been telling lies about me – installation video
Rabih Mroué Face A / Face B – video

Retrouvez toute la programmation sur www.halles.be

Halles de Schaerbeek 22a rue Royale Sainte-Marie

B-1030 Bruxelles – 02 227 59 60 / info@halles.be
Billeterie 02 218 21 07 – reservation@halles.be (Mardi › Samedi — 13 :30 › 18 :30)

Tarifs : € 12/8 chaque soirée, € 7/5 pour le colloque – Pass 2 soirées + le colloque € 20/15

Remerciements au Restaurant Al Mandaloun.

Carte Cinematek: dernière limite

cinematek_small

Les demandes pour l’INSAS afin d’obtenir une Carte Annuelle de la CINEMATEK ont été clôturée il y a plus d’un mois. Toutefois, comme il s’agit d’une première initiative en la matière et que l’information n’est peut-être pas parvenue auprès de tous les étudiants en temps voulu, ces demandes tardives seront prises en compte. Nous tenons toutefois à préciser que nous fixons la date limite pour l’introduction des dernières demandes des étudiants de l’INSAS au vendredi 4 décembre. Passé ce délai, plus aucune demande ne sera acceptée.

Pour que nous puissions préparer votre carte, il nous faut les informations suivantes :

  1. Prénom
  2. Nom
  3. Email
  4. Photo d’identité (!)

Pour rappel, les modalités de fonctionnement de la carte : Les cartes sont nominatives et resteront valable jusqu’à la prochaine rentrée académique. Elles permettent d’avoir accès aux séances de la CINEMATEK au tarif de 1 € (au lieu de 3 €). En vous remerciant pour l’intérêt que vous portez à nos activités, et au plaisir de vous accueillir dans nos salles !

Freddy Malonda Y Sanz

Freddy.Malonda@cinematek.be
Service de Culture cinématographique asbl
Hôtel de Clèves – Rue Ravenstein n°3, 1000 Bruxelles
Tel. 02 / 551 19 47 – Fax 02 / 551 19 55

Page 1 sur 11